Créer une société de Trading : quel statut juridique choisir ?

La création de sociétés de Trading ne cesse de séduire un grand nombre d’entrepreneurs. Sachez que c’est un projet qui est tout à fait avantageux. Vous aussi, vous projetez de créer votre propre entreprise de Trading ? Commencez par choisir votre statut juridique. Voici quelques conseils à suivre afin de vous aider dans votre choix de statut. 

Choisir entre la SASU et l’EIRL

Une fois que vous avez décidé de miser sur ce projet, vous devez faire en sorte de trouver le statut juridique qui répond parfaitement à vos besoins. Vous pouvez donc choisir entre la SASU et l’EIRL. Le premier statut vous offre la possibilité d’ajouter et d’évincer des associés en cas de besoin.   Il vous permet également de bénéficier d’un grand nombre d’atouts. Sachez que c’est votre meilleur allié si vous avez besoin de profiter d’une couverture sociale intéressante. Mais, afin de profiter de cette occasion, vous devez faire en sorte de verser une cotisation au régime général des salariés.

Il est cependant important de vous faire savoir qu’en optant pour ce statut, le prix à payer pour créer votre entreprise est de 2 000 euros. Pour créer votre société de Trading, vous pouvez également opter pour le statut EIRL. Il vous permet de protéger votre patrimoine personnel. Et si vous avez besoin de définir votre capital comme vous le souhaitez, ce statut est fait pour vous. Avec ce statut, la création de votre société est tout à fait gratuite.

A lire aussi  Aide juridictionnelle : le barème de 2019 et les conditions

Comment choisir votre statut ?

Si vous êtes encore un débutant dans le milieu du trading, vous aurez donc besoin d’aide pour choisir votre statut juridique ? Pour commencer, on vous conseille donc de prendre en considération la fiscalité. C’est un critère à ne pas négliger. Cela pourrait également vous aider à choisir le statut juridique qui est adapté à vos besoins. D’ailleurs, si vous avez besoin de créer une activité en temps plein, vérifiez la fiscalité.

Si ce n’est pas le cas et que vous souhaitez trader de manière occasionnelle, vous n’êtes pas obligé d’avoir un statut juridique. Il vous suffit tout simplement de mentionner les gains générés par votre trading dans la déclaration d’impôt annuelle. C’est une condition qui n’est pas à négliger.

Pour les travailleurs à temps plein et les actifs à mi-temps

Vous souhaitez trader de manière occasionnelle ? Cela veut dire que le statut juridique n’a pas trop d’importance pour vous. Le fait de réaliser une activité en tant qu’investisseur indépendant est tout à fait suffisant. Il suffit à ces travailleurs à temps plein et à ces étudiants d’investir de manière active. Ils sont également obligés de gérer l’investissement sur le moyen terme en incluant les gains sur la déclaration d’impôts chaque année.

Pour ceux qui sont actifs à mi-temps, ils sont obligés de choisir le régime fiscal au moment de la création de la société. Ce régime dépend alors de votre activité professionnelle. Dans ce cas, le Trading est considéré comme une activité secondaire. Tout comme avec les actifs à temps plein, vous avez le choix entre un prélèvement forfaitaire de 30 % et l’impôt sur le revenu. Et cela en plus des 17,2 % de cotisations sociales.

A lire aussi  Les documents essentiels dans une vie professionnelle

Pour une personne sans activité

Quand on parle de personnes sans activité, on pense à celles qui :

  • –       Sont fraîchement diplômés
  • Souhaitent miser sur une nouvelle vie professionnelle
  • Sont à la recherche d’emploi
  • Sont retraitées

Si vous faites partie de ces personnes, rien ne vous empêche de créer votre propre entreprise de Trading. Dans ce cas, vous avez le choix entre le nomade fiscal et l’expatrié.

Le premier choix est assez complexe. D’ailleurs, il est important de vous faire savoir que cette solution ne peut pas être adoptée sur le long terme. Pour ce qui est de l’expatriation, c’est la solution parfaite si votre entreprise n’est pas installée en France, mais en Suisse, à Hong Kong ou encore à Singapour.